Entretien avec Zakariae ELJEMLI BIM influenceur

Entretien avec Zakariae ELJEMLI BIM influenceur

21 septembre 2022 0 Par Master

Je m’appelle Zakariae ELJEMLI et j’occupe actuellement le poste de consultant en transformation digitale au sein du cabinet Wavestone.

Ma principale mission est d’accompagner les clients de toutes les industries (agroalimentaire, banques & assurances, immobilier, etc) dans le déploiement de leur stratégie de transformation.

Quel est ton meilleur conseil pour débuter dans le BIM ?

Mon meilleur conseil aux débutants dans ce domaine passionnant est d’apprendre les choses de la bonne manière et de ne pas se précipiter. Pour n’importe quel domaine, il faut commencer par le découvrir, échanger avec les experts et avoir leur retour d’expérience et puis apprendre son jargon pour pouvoir comprendre et communiquer efficacement avec ces personnes.

Ensuite, vous pouvez commencer à investiguer plus le sujet en allant du générique vers le spécifique. Moi
quand j’ai débuté dans le domaine, j’ai suivi deux cours sur OpenClassrooms qui donnent une vision globale sur ce que c’est le BIM et les réglementations qui le régissent.

L’étape suivante était pour moi de me focaliser sur un seul outil de modélisation pour pouvoir comprendre comment il fonctionne et comment les données sont structurées pour confronter un peu la
théorie apprise avec le terrain. Au fur et à mesure que j’acquiers les bases de l’outil, je commençais à me pencher du sujet d’interopérabilité avec les autres logiciels en passant par l’IFC.

Peux-tu nous présenter ta rencontre avec le BIM ? Comment en es tu venu à croire en cette « méthodologie » ?

Ma rencontre avec le BIM était à peu près du destin. Avant mes études d’école d’ingénieur, j’ai jamais entendu parler du BIM ou du moins de la modélisation des données de bâtiment. ça m’était à ce moment quelque chose d’étrange et je connaissais que de la conception assistée par ordinateur avec AutoCAD ou Solidworks pour tout ce qui est pièces mécaniques.

Pendant mon premier stage que j’ai effectué au sein d’EGIS Bâtiment Management, j’ai occupé un rôle de maître d’oeuvre d’exécution pour contrôler les travaux de l’entreprise générale et émettre des VISAs sur leur document avant de les passer en BON POUR EXECUTION.

Au cours de ces tâches, j’ai remarqué que les plans ont été produits par un logiciel qui s’appelle Revit et que ces plans ne se produisent pas avant de faire une réunion de synthèse où est présent le BIM Manager (qui fait partie d’EGIS), l’AMO BIM et le représentant de la cellule synthèse.

A ce moment, il s’est déclenché au sein de moi une petite étincelle de curiosité pour en savoir plus. Ensuite, je me suis rapproché de notre BIM Manager pour lui demander d’assister à ces réunions et grâce à ces moments, j’ai découvert un nouvel horizon qui a changé carrément ma carrière.

J’ai décidé par la suite d’effectuer mon stage de fin d’études au sein de Dassault Systèmes pour contribuer au projet phare de Bouygues Construction afin d’industrialiser ses processus de construction avec le BIM et le DfMA et celle-ci est une autre histoire qui m’a fait encore rêver et voir les possibilités
du BIM.
Comment j’ai cru en cette méthodologie ? Tout simplement grâce aux gens qui me le font aimer à
travers leur REX, en les voyant travailler sur des projets concrets et atteindre des choses extraordinaires grâce au BIM. En effet, je n’aurai jamais imaginé qu’on puisse concevoir un bâtiment en se basant sur des règles mathématiques automatisées via le Generative Design. Le BIM, c’est révolutionnaire mais il faut y croire !

Peux-tu nous parler des projets sur lesquels tu as été impliqué ?

Avant de parler des projets sur lesquels j’ai travaillé. Contextualisons un peu mon parcours professionnel pour que les lecteurs comprennent bien.

Après avoir obtenu mon diplôme d’ingénieur de l’Ecole Centrale de Nantes, j’ai été recruté chez Vestack, une jeune pépite qui apporte une solution innovante au domaine de la construction en fabricant les bâtiments sous forme modulaire hors-site et par la suite les assembler sur chantier comme un jeu de légo.

Cette approche permet aux constructeurs d’accélérer la livraison de leurs projets et d’améliorer la
qualité de leur construction en adoptant une approche industrielle tirant profit du Lean
Manufacturing
.

Au sein de cette startup, j’occupais le poste de BIM Manager qui chapeautait l’ensemble des modeleurs (Architecture, Structure et CVC) pour produire des livrables conformes au système constructif industriel de Vestack et en même temps je contribuais au développement du plugin Ludwig qui permet aux architectes de concevoir des bâtiments modulaires de façon très simple sur Revit.

Pendant mon travail au sein de Vestack, j’ai été impliqué sur des projets de construction de
crèches et de résidences collectives. Ils étaient tous fabriqués en usine en modules grâce à des
extractions de la maquette numérique qui communiquait directement avec les machines CNC de
l’usine.

Echanges-tu régulièrement avec les BIM Managers en France ? Et comment t’informes-tu au quotidien ?

L’échange avec d’autres BIM Managers est très important. ça se fait souvent via Linkedin ou en
se croisant dans les forums BIM comme BIM World.
Concernant la veille technologique, le réseau que j’ai construit autour du BIM me permet d’être
toujours en perpétuelle connaissance de ce qui se passe. J’ai également des alertes de
newsletters qui me permettent d’avoir des actualités sur la réglementation et sur les afterworks
BIM.

Mon message, ce serait d’inviter tous les acteurs de la construction à être ouverts aux changements et avoir la volonté d’avancer. Mes chers acteurs, vous n’avez rien à perdre si vous essayez une nouvelle méthodologie sur un petit projet ou de faire un Proof Of Concept pour la tester.

Parfois les choses que nous craignons et rejetons sont les choses qui peuvent nous apporter plus d’intérêts et de gains.

Vous aimerez aussi: